Posséder un cheval de loisir nécessite un budget conséquent

Avoir son propre cheval de loisir est le rêve de beaucoup de personnes passionnées, de cavaliers émérites, ou même pour les débutants. En effet, prendre en compte l’assurance, la santé de l’animal, ainsi que sa ferrure et sa nourriture, le budget associé peut être plus ou moins considérable. Encore plus si vous n’avez pas un pré à disposition, où le cheval pourra gambader et se mettre au galop, il vaut donc mieux s’assurer que l’on possède suffisamment les moyens avant de se permettre d’avoir un cheval.

Afin de pouvoir évaluer le coût total d’entretien d’un cheval de loisir, il est important de prendre en compte les points suivants :

  • La pension du cheval

Comme cité plus haut, le cheval doit pouvoir se promener sur un grand terrain. Soit le propriétaire possède un parc dédié à cet effet, soit ce dernier est mis en pension dans un club associatif avec un terrain assez grand pour que l’animal puisse y trouver son confort. Dans ce dernier cas, les tarifs peuvent varier d’un prix à l’autre en fonction de la région où elle se trouve. Et c’est sans compter si un moniteur devra l’entrainer de façon régulière, et/ou si le cheval séjourne dans une pension de travail, alors là les prix devront s’envoler, et varient de 800 à 1300 €.

Il y a une autre solution, moins coûteuse qui s’appelle le commodat. Elle consiste à « prêter » son cheval. Ce dernier, en échange d’une prise en charge totale dans un club d’équitation, il peut être monté par des clients. Cependant, cette pratique est déconseillé pour les jeunes chevaux, où l’inexpérience de certains cavaliers peuvent risquer de faire rendre de mauvaises habitudes à l’animal. Son prix prend la fourchette de 150 à 400 €.

  • La nourriture

Il est utile de noter que la nourriture varie en fonction de l’âge de l’animal. En effet, un cheval de loisir âgé devra consommer des aliments vitaminés, avec des soins spécifiques particuliers. Toutefois, leur nourriture est basique, des pâturages frais, de l’herbe, ou en hiver lorsqu’il n’y plus vraiment de verdures, le foin est suffisant. Dans le cas où le propriétaire possède son propre champ, la nourriture peut se trouver directement dedans, et ne nécessite donc pas de budget supplémentaire. Dans le cas contraire, il devra prendre ce détail en compte sachant que le coût annuel de nourriture d’un cheval en pension est de 1000 à 1600 €.

  • La budget santé

Quelque soit l’âge du cheval, il est nécessaire que l’animal soit soumis à des consultations et des soins réguliers qui sont indispensables pour maintenir sa monture en forme. Il compte les visites d’un vétérinaire, les vaccins et vermifuges, les traitements de bouchons et coliques, et le contrôle dentaire. Enfin, il est conseillé, bien que facultatif, d’effectuer des visites de contrôles chez l’ostéopathe. L’ensemble des coûts s’élève à 250 € au moins.

A travers cet article, l’on peut constater à quel point il est coûteux de posséder un cheval de loisir, malgré l’apport que peut avoir l’animal en terme d’amusement. Ici on était cité les dépenses les plus communes, mais c’est sans compter les dépenses diverses et inattendues qui peuvent arriver en cours de route.